L’église Saint-Martin

La paroisse longe le canal Saint-Martin et s’étend jusqu’au faubourg du même nom. L’église, inaugurée en 1856, hérite du vocable du prieuré Saint-Martin-des-Champs, dont les bâtiments situés rue Saint-Martin abritent aujourd’hui le Conservatoire National des Arts et Métiers.

L’église Saint Martin des Champs a été construite de 1854 à 1856 par l’architecte Paul Gallois dans le style romano-byzantin, avec des fonds réunis par souscription des habitants du quartier. Elle fut inaugurée le 31 janvier 1856 et érigée en paroisse le 1er avril.

Dotée de son clocher en 1933, elle possède des stalles en chêne (Moisseron et André d’Angers, 1881). Les peintures murales du chœur et des nefs latérales (1889-1891) consacrées à l’histoire de Saint-Martin de Tours sont l’œuvre d’Henry Lerolle (1848-1929) et de Félix Villé (1819-1907).

En 1987, le chœur est réaménagé avec un autel et un ambon ornés de vitraux de Guy Hermet (né en 1937) évoquant le Buisson Ardent.

Orgue Cavaillé-Coll, 2e moitié du XIXe siècle (2 claviers, 19 jeux).

Les cloches de l’église

Consacrée en 1856, l’église Saint-Martin des Champs n’a reçu un clocher que vers 1930. En 1933 ont été installées dans ce nouveau clocher trois cloches bénies par le Cardinal Verdier, archevêque de Paris, le 5 novembre 1933. Par ordre de taille croissante, ces cloches portent les noms de : 1) Thérèse de l’Enfant Jésus, 2) Jeanne d’Arc et 3) Martine.

Les cloches 1 et 2 sont équipées chacune d’un marteau extérieur de tintement mais peuvent également sonner à la volée La cloche 3 ne peut sonner qu’à la volée. Chacune de ces trois cloches a été équipée d’origine d’un moteur électrique commandé depuis la sacristie. Les trois moteurs ont été changés vers 2010. À cette occasion a été installé un automate de commande de l’Angélus qui est sonné tous les jours à 12h30 et 19h30 : quelques tintements de la cloche 2 puis brève sonnerie à la volée de la cloche 3.